Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 10:57

record-0086.jpg

 

Délivrer une Rock And Roll Therapy en plein pic de pollution, voilà une chose difficile. Nous sommes débordés ! Nous arrivons sur place aux environs de 18h00, la routine commence : Montage express et balance de 7 minutes 29 secondes (dans les temps du record du monde). Nous pouvons passer aux choses sérieuses : le repas.

 

record-0089.jpg

 

 

 

Nous dînons donc de manière goutteuse, moment propice à la détente. Vient ensuite l’heure du début des hostilités. Nous commençons par 4 ou 5 titres joués relativement « Jazz »  car les derniers clients du restaurant n’ont pas tout à fait terminé leurs bombances. La température monte…et le premier set va se terminer dans la fureur avec Roadhouse Blues et surtout Johnny B Goode qui vont provoquer chez le public un « Gym Tonic Revival ». Pause puis deuxième set en route. La grande question pour nous était de connaître l’accueil de la nouvelle composition : Each Question Is Disgusting et accessoirement d’en apprécier notre interprétation. Nous sommes rassurés sur les deux points, bien que légèrement plus ‘Pop’ que les autres, elle passe très bien et les applaudissements n’ont pas manqué. Le set va se terminer par le désormais obligatoire : You Gotta Move Une nouvelle fois dans une hystérie bien communicative, puis deux chansons en rappel : La Grange et Rockin All Over The World. Durant le concert, nous en avons profité pour jouer à nouveau Keep On Chooglin et Sharp Dressed Man , histoire de se renouveler et de se faire plaisir. A l’arrivée, un très bon concert des Shakin’ Mates avec un public de plus en plus nombreux au rythme de nos passages. Merci aux danseuses et danseurs, aux chanteuses et chanteurs ainsi qu’ à la direction et au personnel de l’Omnia , toujours  aux petits soins avec nous. A bientôt à l’ Omnia et rendez-vous le 28/03/2014 à l’ Excuse à Longjumeau.

 

record-0091.jpg

 

record-0094.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Lachet
commenter cet article

commentaires